logo Pierre Promotion

40 Boulevard Henri Sellier 92150 SURESNES

01 47 11 01 01

Réglementation environnementale 2020 : l’essentiel à retenir

06 mai 2021

Après plusieurs reports dus à la crise sanitaire, la nouvelle réglementation environnementale 2020 (RE 2020) devrait entrer progressivement en application à compter du 1er janvier 2022. Elle améliore la sobriété énergétique des bâtiments neufs. Que faut-il en retenir et quel sera son impact sur vos projets ?

Qu’est-ce que la réglementation environnementale 2020 ?

La réglementation environnementale 2020 constitue un ensemble de normes réglementaires en matière de performance thermique et écologique des bâtiments. Elle a vocation à se substituer à la précédente réglementation thermique 2012 (RT 2012) et concernera l’ensemble des logements neufs (maisons individuelles et immeubles en copropriété).

La RE 2020, tout comme la RT 2012, n’impose pas l’utilisation de techniques ou matériaux précis. Elle préfère fixer une obligation de résultats, que les constructeurs seront libres d’atteindre par les moyens de leur choix. En pratique, les exigences très fortes de la RE 2020 impliqueront un recours bien plus soutenu aux sources d’énergie renouvelable telles que :

  • le bois ;
  • le solaire ;
  • l’énergie géothermique.

L’entrée en application de la RE 2020 sera progressive afin de permettre l’adaptation des professionnels : elle devrait débuter à partir du 1er janvier 2022 (plus de détails ici) et s’étaler ensuite jusqu’en 2031 avec deux jalons intermédiaires prévus en 2025 et 2028 (plus de détails ici).

Quels sont les objectifs de la RE 2020 ?

La réglementation environnementale 2020 vise à réduire l’empreinte écologique du bâtiment en France. De fait, le secteur est encore responsable à ce jour de 30 % des émissions de gaz à effet de serre.

La nouvelle réglementation s’inscrit dans la stratégie nationale bas carbone (SNBC), destinée à atteindre la neutralité carbone en 2050 (plus de détails ici). Il est estimé qu’un quart des bâtiments qui existeront en 2050 ne sont pas encore construits, ce qui laisse donc une marge importante d’optimisation.

Cette stratégie de la RE 2020 se décline en trois objectifs principaux :

  • réduire l’empreinte environnementale des bâtiments neufs et leurs émissions de gaz à effet de serre ;
  • favoriser les matériaux biosourcés et non carbonés en prenant en compte l’ensemble du cycle de vie du bâtiment ;
  • améliorer le confort thermique des habitants, pendant l’hiver mais aussi et surtout pendant l’été afin d’adapter le bâti à l’intensification des périodes de fortes chaleurs et des canicules.
Hand,Turning,A,Knob,To,Make,A,Home,More,Energy

Quel sera le coût de la RE 2020 ?

Grâce à la mise en application progressive des nouvelles normes et aux progrès de la technologie et des matériaux de construction, les pouvoirs publics annoncent une hausse limitée à 10 % du prix de l’immobilier neuf par rapport aux critères de la RT 2012. Ce tarif plus élevé devra bien sûr être comparé avec les économies réalisées en matière de chauffage et de consommation d’énergie.

Réduire l’empreinte environnementale des bâtiments

La RE 2020 fixe des plafonds d’émission de dioxyde de carbone (CO2) par mètre carré et par an pour les logements neufs.

Concernant les maisons individuelles, ce plafond devrait s’élever à 4 kg CO2/m²/an dès le 1er janvier 2022.

Cette valeur particulièrement basse aura pour effet collatéral d’interdire le chauffage au gaz naturel dans les maisons neuves dès l’année prochaine. En effet il est impossible de descendre sous une émission de 5 kg CO2/m²/an en utilisant ce type de combustible. Les maisons devront donc se tourner vers des sources d’énergie renouvelable et non fossile, plus respectueuses de l’environnement. Cela inclut notamment le bois (chaudière à granulés) ou l’énergie géothermique (pompe à chaleur ou puits canadien).

En pratique, les pouvoirs publics viennent toutefois d’autoriser la construction de maisons chauffées au gaz jusque fin 2023 lorsque le permis d’aménager prévoyant la desserte en énergie a déjà été accordé (plus de détails ici).

Concernant les logements collectifs, les exigences de la RE 2020 seront moins drastiques et plus graduelles. Les émissions de gaz à effet de serre devront se limiter à 14 kg CO2/m²/an à partir du 1er janvier 2022, ce qui permet de maintenir un chauffage centralisé au gaz si le bâtiment présente une bonne performance environnementale par ailleurs. Ce seuil devrait ensuite être abaissé à 6 kg CO2/m²/an à partir de 2025.

Favoriser les matériaux biosourcés et non carbonés dans le cycle de vie du bâtiment

La RE 2020 innove notamment par rapport à la réglementation thermique 2012 en prenant en compte le calcul du cycle de vie des matériaux, c’est-à-dire en appréciant leur impact environnemental global (extraction du matériau, conditionnement, pose, durée de vie, destruction…).

Cette nouvelle approche devrait notamment favoriser certains matériaux dits « biosourcés », c’est-à-dire issus de ressources renouvelables, soit par exemple :

  • la structure bois ;
  • le parquet ;
  • le lambris ;
  • le bardage ;
  • certains types d’isolants naturels comme le chanvre, le liège, la cellulose, la fibre de bois…

Un « indicateur de stockage carbone » permettra de mesurer la performance écologique des logements en termes de cycle de vie des matériaux. Par rapport à une valeur référence fixée en 2013, cet indicateur devra afficher :

  • une diminution de 15 % à l’échéance 2025 :
  • une diminution de 25 % à l’échéance 2028 ;
  • une diminution de 30 à 40 % à l’échéance 2031.

Maintenir une température de confort en été

Les exigences de la RT 2012 en matière de température de confort seront renforcées avec la création d’un nouvel indicateur exprimé en degrés par heure (DH). Ce critère exprime la chaleur accumulée dans le bâtiment lors de périodes prolongées de fortes chaleurs ou de canicules. Au-delà de 350 DH, le constructeur sera contraint de modifier les caractéristiques du bâtiment, en ajoutant par exemple une ventilation centralisée ou un puits canadien pour rafraîchir l’air intérieur.

Matériaux biosourcés 1

Les détails de la réglementation environnementale 2020 ne sont pas encore entièrement connus. Certains points, en effet, font encore l’objet de négociations avec les différentes parties prenantes. Elle devrait néanmoins représenter une avancée majeure en terme de performances thermiques et de confort de vie pour les acquéreurs de logements neufs.